Fondation Hirondelle      +41 21 654 20 20

Construction de la paix

Exposition de photos sur la révolution et le conflit en Ukraine, place Maidan à Kiev, en novembre 2014. © Fondation Hirondelle / Gabrielle Kaprielian Cunin

Problématique

Des médias professionnels et indépendants peuvent remplir deux fonctions essentielles à la construction de la paix:

  • La protection : en fournissant des informations de service et des actualités qui expliquent où le conflit a lieu, quelles sont les zones sécurisées, où trouver de l’aide, les médias fournissent une information qui permet aux populations de mieux se prémunir contre les risques qui les menacent.
  • La prévention des conflits : la création d’espaces médiatiques de dialogue inclusif, régis par les règles du respect du temps de parole et d’une représentativité de la diversité des points de vues, permet de mettre en lumière les réalités vécues et de dépasser les représentations stigmatisantes. Des médias inclusifs et équilibrés peuvent ainsi aider des groupes antagonistes à mieux se connaître et contribuer à faire émerger les identités partagées et l’empathie. Ils permettent de créer des ponts en réduisant la polarisation de sociétés divisées entre groupes ethniques, religieux ou politiques, et en fonctionnant comme des catalyseurs d’un espace public plus apaisé.

Les médias sont également des intermédiaires qui favorisent la communication interactive entre les citoyens, leurs représentants et les décideurs internationaux. Ainsi, ils permettent une meilleure prise en compte des besoins et des capacités des populations affectées par des conflits. Enfin, des journalistes locaux, professionnels et indépendants ont un rôle de « chien de garde » à jouer en dénonçant les dysfonctionnements et la corruption qui caractérisent les économies de conflit. Ils peuvent également être des agents du changement en partageant les innovations et en donnant la parole aux plus marginalisés.

Dans le studio de Radio Okapi à Kinshasa en 2010. © Fondation Hirondelle / Lam Duc Hien

Notre approche

La Fondation Hirondelle met en oeuvre une contribution médiatique à la construction de la paix fondée sur plus de 20 ans d’expérience dans des contextes de conflits ou de post-conflits tels qu’actuellement la République démocratique du Congo, la Centrafrique, le Mali et par le passé, le Soudan du Sud, le Libéria, le Kosovo, notamment. Nous appliquons dans ces contextes les principes suivants :

  • Un journalisme rigoureux et responsable, basé sur : la vérification de l’information, la multiplicité des sources, une distinction stricte entre les faits et les commentaires, pour permettre aux populations de mieux comprendre les conflits auxquels ils font face, d'en identifier les causes, et les solutions
  • Une production dans les langues locales, avec le même contenu dans toutes les langues afin de briser l’isolement de certains groupes de populations, la manipulation et les rumeurs
  • Une diffusion la plus large possible, à travers tous les canaux disponibles, notamment la radio FM, afin de réunir par les ondes et les contenus médiatiques les populations divisées par le conflit
  • L’application de chartes et codes fondées sur nos valeurs : indépendance, honnêteté, diversité, dignité, pour garantir l'impartialité et la crédibilité de nos informations
  • La promotion du dialogue entre toutes les parties prenantes aux conflits, lors d'émissions en direct ou de débats publics, avec temps de parole équitable, et règles strictes de respect mutuel, pour inciter chaque partie à écouter le point de vue de l'autre et à s'engager dans un dialogue devant la population

Nous avons développé une expertise particulière en matière d’accompagnement aux processus de paix au travers de nos partenariats médiatiques avec de nombreuses missions de paix des Nations Unies, en RDC, au Sud Soudan, en Sierra Leone, au Timor Leste et au Kosovo. Dans le cadre de partenariats avec le Département des opérations de maintien de la paix des Nations Unies, nous avons créé et géré les radios de ces missions dans des contextes de guerre ou de conflits et post-conflit. Nous avons ainsi aidé à créer et à gérer pendant 12 ans Radio Okapi, la radio de la mission des Nations Unies en RDCongo, écoutée par plus de 14 millions d’auditeurs congolais par jour et reconnue comme « un exemple éclatant non seulement pour les autres médias dans les régions en conflit ou post-conflit, mais aussi pour les autres stations de radio à travers le monde » (Free Media Pioneer Award 2010 décerné par l'International Press Institute).

Nous créons ou soutenons également des médias indépendants de droit local dans des pays en conflit, pour en faire des sources d'information de référence et des plateformes de dialogue entre toutes les parties et avec la population. Ainsi, en République Centrafricaine, un pays négligé et traversé par des crises récurrentes et violentes, nous accompagnons depuis 17 ans Radio Ndeke Luka, une radio généraliste d’information, de dialogue et de divertissement, considérée comme le média de référence du pays. Radio Ndeke Luka produit chaque jour 13 rendez-vous d'information en deux langues, ainsi que des programmes de dialogue entre les communautés.

Nous produisons également des programmes d'information et de dialogue diffusés par des réseaux de médias partenaires dans des pays en conflit. C'est le cas au Mali, où 1,6 Million d’auditrices et d’auditeurs de + 15 ans suivent chaque jour le programme de Studio Tamani, notre projet créé en 2013 dans ce pays en partenariat avec un réseau de 60 radios locales (étude TNS Sofres 2015).

 

Résultats / Outcomes

  • Les populations concernées comprennent mieux les conflits qui les affectent, elles sont davantage en mesure d'en comprendre les causes, elles ont accès aux informations qui leur permettent de se prémunir contre les risques qui les menacent, et leur voix est entendue dans la recherche de solutions
  • Les populations affectées favorisent davantage le dialogue comme solution aux conflits
  • Les enjeux et étapes des processus de paix sont mieux compris, ce qui favorise la participation de la population et des différentes parties prenantes

 

Exemples et témoignages

  • Débat du Grand Dialogue de Studio Tamani sur la radicalisation religieuse, mars 2016. © Fondation Hirondelle / Nicolas Boissez

    Au Mali

    Au Mali, Studio Tamani, le programme radiophonique créé et géré par la Fondation Hirondelle, diffusé par 60 radios partenaires dans le pays, est le premier média à faire dialoguer en direct au fil de plusieurs dizaines d'émissions des représentants de la rébellion touareg, des groupes d'auto-défense et du gouvernement de Bamako, alors qu'ils sont en conflit sur le terrain. Ce processus de dialogue accompagne et parfois précède les négociations de paix qui aboutiront aux accords d'Alger en juin 2015. En février 2017, Studio Tamani réussi à établir un dialogue entre représentants des communautés peulh et bambara alors que des affrontements ont lieu dans le centre du pays. Les appels au calme diffusés en direct contribuent à faire baisser la tension sur le terrain. Ecouter cette émission du Grand Dialogue
    Voir le lien
  • Dans la salle de rédaction de Studio Tamani, en septembre 2016. © Fondation Hirondelle / Sébastien Rieussec

    Au Mali

    Les auditeurs de Studio Tamani sont mieux informés que les autres sur la crise qui touche le Mali et favorisent davantage le dialogue comme solution au conflit (Etude IAM Zurich 2016). L’intégralité de cette étude est disponible sur notre site
    Voir le lien
  • Couverture de l’étude du Pr. Udo Jacob « Convincing rebel fighters to disarm ». © De Gruyter

    En République démocratique du Congo

    En République démocratique du Congo, l’impact positif de l’approche « informative » mise en oeuvre par la Fondation Hirondelle à Radio Okapi, notamment au travers de l'émission « Dialogue entre Congolais » est démontré par l'étude du Dr. Udo-Udo Jacob Jacob, Convincing Rebel Fighters to Disarm. UN Information Operations in the Democratic Republic of Congo (2016). Il indique notamment que les auditeurs de cette émission voient la paix, au-delà de l'absence de conflit, comme un développement structurel et démocratique. Ces auditeurs ont davantage le sentiment de pouvoir être des parties prenantes du processus de paix et ont une vision plus positive de l’engagement civique. Présentation de cette étude sur le site de l’éditeur
    Voir le lien