Fondation Hirondelle      +41 21 654 20 20

Participation des jeunes

Manifestation d’un collectif de jeunes contre la corruption en Tunisie. © Fethi Belaïd / AFP

Problématique

Dans de nombreux pays où la Fondation Hirondelle est active, les jeunes constituent un pourcentage important de la population. Au Niger, par exemple, près de 70 pour cent de la population a moins de 24 ans. En dépit de cela, il existe souvent très peu d'espaces pour que les jeunes puissent faire entendre leur voix dans la vie publique. Leurs besoins et intérêts restent peu ou pas pris en compte par les médias traditionnels. De nombreux médias ont aussi une programmation déconnectée des jeunes générations et ne répondent pas à leurs besoins ou intérêts.

Souvent, les populations jeunes sont également considérées comme une partie du problème dans les contextes post-conflit ou fragiles et sont marginalisées dans le débat public et dans les processus de réconciliation nationale. Ainsi, les jeunes font face à de nombreuses difficultés pour pouvoir participer davantage à la vie publique. Il y a souvent une résistance à leur inclusion par les générations plus âgées, et parfois des préjugés culturels selon lesquelles les jeunes ne peuvent pas avoir trop de pouvoir dans la société. Cependant, la réconciliation et le dialogue national ne peuvent être durables si plus de la moitié de la population est laissée de côté. C'est là que les médias ont un rôle à jouer.

Participation d’une jeune congolais à un débat « Jeunes et élections » organisé par la Fondation Hirondelle en RDC. © Fondation Hirondelle / Catherine Trautes

Notre approche

La Fondation Hirondelle veille à ce que sa programmation prenne en compte les besoins et les intérêts des jeunes publics, notamment les 15 - 25 ans. Les médias de la Fondation Hirondelle produisent des émissions intéressantes et interactives pour les jeunes, y compris des informations destinées aux jeunes, ainsi que des programmes musicaux et de divertissement. Certains de nos médias proposent aussi des émissions produites par des enfants et des jeunes. Nos médias créent des espaces pour que les jeunes puissent être entendus et participer à la vie publique. Des débats publics pour les jeunes sur des questions telles que les élections leur donnent l'opportunité d'interagir avec des personnalités, de poser des questions et de s'impliquer.

Pour prendre en compte les populations jeunes, il ne suffit pas seulement de cibler ce public, il est aussi important d’impliquer ceux qui protègent et travaillent avec les enfants et les jeunes. Nos médias cherchent aussi à fournir des informations aux familles et aux communautés. Par exemple, des programmes sur les droits des enfants, la santé maternelle et infantile et la protection de la jeunesse fournissent des informations essentielles aux familles qui peuvent sauver des vies et améliorer leurs conditions.

La Fondation Hirondelle soutient également l’émergence de nouvelles générations de jeunes journalistes dans les pays où nous travaillons. Dans nos salles de rédaction, nous nous efforçons d’embaucher et de former des journalistes jeunes et motivés qui débutent leur carrière. Grâce à un coaching et à un soutien approfondis, ces journalistes acquièrent les compétences et les connaissances nécessaires pour devenir des journalistes de référence dans leurs environnements médiatiques. Nous travaillons aussi avec les universités locales pour offrir des stages et des opportunités de formation aux étudiants en journalisme.

 

Résultats

  • Les jeunes populations ont accès à des informations sur les sujets importants de leur vie quotidienne et ont un espace pour faire entendre leur voix dans la vie publique.
  • Les familles et les communautés ont accès à des informations utiles pour assurer le bien-être des jeunes populations.
  • Nos médias et médias partenaires sont les leaders dans leurs secteurs pour fournir une place aux jeunes journalistes et professionnels des médias et leur apprendre une pratique professionnelle de leur métier.

 

Exemples et témoignages

  • Reportage réalisé pour le magazine « Tous les enfants de Guinée » par une jeune journaliste du Studio Hirondelle Guinée, à Conakry en novembre 2015. © Fondation Hirondelle / Tristan Miquel

    En Guinée-Conakry

    En Guinée-Conakry, le Studio Hirondelle Guinée a produit de 2014 à 2016 un programme radiophonique hebdomadaire intitulé « Tous les enfants de Guinée», qui abordait des questions importantes pour les plus jeunes et était produit avec la participation active des enfants. Exemple avec cette émission du 20 juin 2016 consacrée aux enfants réfugiés en Guinée
    Voir le lien
  • Participants à un débat « Jeunes et élections » à Kinshasa. © Fondation Hirondelle / Catherine Trautes

    En République démocratique du Congo

    En République démocratique du Congo, le projet de la Fondation Hirondelle « Jeunes et élections » organise des débats publics sur les questions électorales et la participation des jeunes à la vie publique. Il permet aux jeunes de se rencontrer et de discuter avec leurs élus. A suivre sur la page Facebook « Jeunes et élections » :
    Voir le lien
  •  Un journaliste de Studio Tamani interroge une jeune habitante de Bamako, en septembre de 2016. © Fondation Hirondelle / Sébastien Rieussec

    Au Mali

    Au Mali, Studio Tamani permet aux jeunes journalistes d’acquérir et perfectionner leurs compétences : la plupart des journalistes de la rédaction ont moins de 30 ans et les étudiants des universités locales participent à des formations pratiques au sein de la rédaction.
  • Une étudiante en journalisme du Studio Mozaik à Abidjan, en mars 2016. © Fondation Hirondelle / Nicolas Boissez

    En Côte d'Ivoire

    En Côte d'Ivoire, la Fondation Hirondelle a soutenu la création de Studio Mozaik, un centre de formation local pour une nouvelle génération de journalistes, qui a formé plus de 100 jeunes journalistes et étudiants en deux ans en 2014/2015 avec le conseil éditorial et pédagogique de la Fondation Hirondelle. Une équipe de jeunes journalistes de Studio Mozaik a couvert les élections présidentielles de 2015 dans le pays. Leurs productions étaient diffusées par un réseau de 42 stations de radio à travers le pays. Un webdocumentaire a été produit pour expliquer leur travail
    Voir le lien