Fondation Hirondelle      +41 21 654 20 20

Blog

Pendant un débat organisé par la Fondation Hirondelle à Kinshasa, en juin 2018. ©Justin Makangara / Fondation Hirondelle Pendant un débat organisé par la Fondation Hirondelle à Kinshasa, en juin 2018.

Pauline Bend, représentante de la Fondation Hirondelle en République démocratique du Congo, expose la faible prise en compte de la thématique du genre par les médias de ce pays et la façon dont Studio Hirondelle RDC répond à cet enjeu. Un entretien publié dans le numéro 3 de "Médiation", la publication semestrielle de la Fondation Hirondelle.

Dans les contextes fragiles dans lesquels la Fondation Hirondelle intervient, notamment en République démocratique du Congo, quels sont les enjeux spécifiques de la prise en compte des femmes par les médias ?
Pauline Bend : En RD Congo, on constate un problème de méconnaissance de l’enjeu même de la thématique des genres. Les femmes sont socialement conditionnées pour se marier. La barrière est culturelle, y compris chez les journalistes et même les journalistes femmes : les femmes doivent rester au foyer et, si elles travaillent, elles n’ont pas vocation à exercer de hautes responsabilités. Peu formés et informés, les professionnels des médias ne sont pas outillés pour connaître et prendre conscience des problèmes des femmes. Ils ont peu connaissance des chiffres, et sont peu choqués par les différences de représentation quand ils les connaissent. Parallèlement, on observe une difficulté à représenter les femmes dans les médias en tant qu’actrices de leur destin et de la société. Il existe des reportages sur des femmes victimes, violées, survivantes, mais les histoires s’arrêtent le plus souvent là. Elles ne présentent presque jamais de perspective constructive d’action et de changement possible de la situation des femmes.

Pour la Fondation Hirondelle, les femmes journalistes occupent-elles un rôle spécifique au sein des rédactions ? Bénéficient-elles d’une politique spécifique ?
Dans nos équipes, nous veillons à la parité et à la responsabilisation des femmes : bien que nous ayons reçu une grande majorité de candidatures masculines, l’équipe rédactionnelle de Studio Hirondelle RDC est composée de quatre hommes et quatre femmes dont la rédactrice en chef Suzanne Nzobo. Récemment, nous avons choisi d’embaucher une journaliste manifestement enceinte. De plus, nous menons une action sur les femmes journalistes à travers notre programme « Femmes et élections », qui vise à renforcer la mobilisation des femmes et leur participation à la vie publique. En effet, plus les femmes journalistes sont outillées pour comprendre et connaître les enjeux de la participation des femmes, mieux elles sont en mesure de les traiter médiatiquement. Nous développons donc des formations pour les femmes journalistes, puis nous sélectionnons une trentaine d’entre elles pour devenir les correspondantes de la Fondation Hirondelle au sein de nos diverses radios partenaires en RD Congo.

Comment la Fondation Hirondelle en RDC s’adresse-t-elle aux femmes ?
Pour la Fondation Hirondelle en RD Congo, les femmes sont des citoyennes à part entière, nous nous adressons donc à elles comme aux autres citoyens. Mais il est vrai que l’inégalité de genre reste un problème majeur dans ce pays. Il faut donc également montrer les femmes comme des citoyennes à part entière. Si on ne les montre qu’en tant que victimes, par exemples des violences d’un conflit, on ne représente qu’une de leurs composantes. Nous faisons l’effort de montrer également des femmes qui ont résisté, de montrer les femmes dans l’ensemble de leur complexité. En ce sens, savoir poser des questions aux femmes qui sont actrices de leur destin, comme les candidates aux élections législatives dont nous tirons le portrait dans notre programme radiophonique Ngoma Ya Kongo ou comme les journalistes que nous mettons en valeur dans notre dernière newsletter, permet de mieux comprendre les dynamiques qui sous-tendent leur action. Et cela nous aide, méthodologiquement, pour mieux traiter d’autres sujets.

Cet entretien a été publié dans le numéro 3 de "Médiation", intitulé "Médias : le temps des femmes". A télécharger ici : https://www.hirondelle.org/pdfviewer/?lang=fr&id=264